écologie esthétique / déplacement / TOPOGRAPHIES NOCTURNES
.

Pièce sonore
durée 16min55
Une collaboration de Caroline Bouissou & Dinah Bird

Lauréate du 9eme concours international d’art radiophonique
Luc Ferrari, La muse en circuit, Paris

– Festival Archipel, Genève, Suisse
– Festival Extension, Maison de la poésie, Paris, France
– Édition CD, « Composer le réel », La Muse en circuit

– Difusions radio 
Deutshland Radio Kultur à Berlin, Allemagne
Radio creation day à Paris, France
France Musique à Paris, France
Acsr,Bruxelles, Belgique …

Archipel, Genève © C. Bouissou

Développée à partir de la performance de Caroline Bouissou «Détermination aveugle» cette pièce sonore est une composition sonore dans le style Horspiel, où les voix et les sons accompagnent une promenade collective dans l’obscurité de la nuit.

 » Topographies Nocturnes ne se veut pas un document sur la performance de Caroline Bouissou, mais une interprétation sonore d’une expérience ressentie. Peut être qu’en faisait cela, j’étais inspirée de l’idée de “sons mémorisés” ou de “paysage imaginaire sonore” qu’évoquait Luc Ferrari. Il disait être “le voyageur qui découvre un paysage et essaie de l’évoquer comme paysage musical”…  et c’est un peu ainsi que j’ai voyagé.” Syntone

Édition CD, « Composer le réel », La Muse en circuit
Dinahbird & Caroline Bouissou – Topographies Nocturnes
Floy Krouchi – Couvre-feux
Sarah Boothroyd – All In Time
Discogs

« Certes l’espace acoustique d’aujourd’hui n’est sans doute pas plus sonore que celui d’hier, mais la grande différence réside dans l’art consommé que l’homme a eu, depuis plus d’un siècle, à vouloir en fixer la trace. Parallèlement à cette capacité sans cesse décuplée, son éternelle envie d’aller voir derrière le son ce qui se passe a engendré une nouvelle manière de composer, construite autour  de cette captation et augmentée par la puissance de la technologie. De la musique concrète au fieldrecording en passant par l’art radiophonique, toutes ces manières de faire se retrouvent aujourd’hui dans ce qu’il est convenu de nommer le «hörspiel» et qui reste l’objet musical à la fois le plus identifié et le plus flou dans ses limites. »
Concours international d’art radiophonique Luc Ferrari
La muse en circuit, Paris